Pourquoi je quitte l’équipe d’Alain Juppé

J’ai beaucoup réfléchi ces derniers temps concernant mon engagement dans le cadre de la primaire de la droite et du centre. En 2014, j’avais été l’un des premiers à répondre à l’appel au rassemblement voulu par Alain Juppé qui a été le premier à déposer sa candidature à la primaire de la droite et du centre.

Le temps est venu pour moi de réfléchir quant au projet que nous voulons réellement présenter aux Français. Mes valeurs, mes convictions et ma loyauté vis-à-vis de ma famille politique restent intactes.

La primaire est un renouveau des pratiques politiques et doit permettre de réunir des femmes et des hommes qui se reconnaissent dans les idées défendues par la droite et le centre. La crise politique qui touche notre pays ne doit pas permettre la remise en question du clivage entre la gauche et la droite. Je crois encore au clivage. Le clivage est nécessaire dans notre démocratie.

« Je vous annonce mon départ de l’équipe d’Alain Juppé car je ne me sens plus en adéquation avec ses idées et ses positions. Je reste attaché au candidat pour qui je me suis beaucoup battu mais rester à ses côtés serait renier mes convictions ».

Nous ne pouvons plus affirmer d’un côté combattre le salafisme et de l’autre travailler à leurs côtés, notamment l’UOIF, présidée par Amar Lasfar et dont les dirigeants sont Tareq Obrou, Hassan Iquouissen ou encore Ahmed Miktar, qui prône comme Rachid Abou Houdeyfa un islam politique incompatible avec les valeurs de la République.

La société française vit une crise identitaire sans précédent. La France ne peut se satisfaire d’une « identité heureuse » à l’heure où la crise profite aux salafistes et permet la radicalisation des esprits.

Malgré leur papier d’identité, leur culture, leur histoire, de nombreux jeunes ne se sentent pas Français. Le repli identitaire va de soi. Qui peut croire que la religion n’a aucune influence dans les quartiers abandonnés de la République ? Les débats imposés par les salafistes prennent en otages les millions de musulmans français et perturbent le débat politique qui doit se tenir.

Les récents événements qui ont frappé notre pays en son cœur doivent nous permettre de nous réunir. La République est défiée. Je crois au combat républicain et à un sursaut citoyen !

Je me laisse le temps de la réflexion pour choisir le candidat qui réunira la plus grande part de mes convictions. Mon choix dépendra du candidat qui :

Affirmera clairement vouloir éradiquer le salafisme et anéantir les recruteurs de Daech dans nos villes, parce qu’en tant que citoyen engagé contre la radicalisation aux côtés de nombreuses familles et de la Brigade des Mères, nous nous battons pour remettre nos quartiers au cœur de la République.

Agira aux côtés des forces de l’ordre pour faire revenir l’autorité de l’État et la sécurité des Français parce que la ville de Roubaix, dont je suis originaire, est la plus grande zone de sécurité prioritaire du pays.

Exprimera des propositions concrètes pour réaffirmer l’autorité du professeur et ramener la mixité sociale dans nos écoles, parce qu’en tant que Réserviste de l’Éducation Nationale, je me bats au quotidien pour la réussite de tous.

Je soutiendrai le candidat favorable à une véritable politique de prise en charge et d’accompagnement des familles parce qu’en France, 13000 enfants handicapés se trouvent sans solution éducative, dont mon petit frère.

Je garde un excellent souvenir de mes déplacements, des personnes rencontrées et remercie l’ensemble des militants pour leur reconnaissance.

Mon adversaire reste la politique laxiste de François Hollande et du gouvernement. Mon ennemi déclaré est le Front National !

Publicités

18 réflexions au sujet de « Pourquoi je quitte l’équipe d’Alain Juppé »

  1. Bonjour, je vous félicite pour votre clairvoyance quand au double langage d’Alain JUPPE, qui est d’ailleurs celui de tous nos politiciens actuels. Nous sommes tous écoeurés et révoltés par ces « traitres »; et nous ne faisons plus confiance à aucun homme ou femme politique; les partis politiques nous ont conduit à ce désastre;
    Amis de Véronique ROY et son mari Thierry que vous connaissez sûrement et connaissant Nadia RAMADNA, leur combat est pour nous essentiel, et vital pour l’avenir de la France;
    Sans aucun prosélytisme, je vous invite à découvrir Mr TAUZIN, qui se présente aux prochaines élections, et qui je le pense défend vos convictions; Bravo et merci pour votre courage à dénoncer et à dire la vérité;
    Bien cordialement

    Aimé par 1 personne

  2. Tout à fait ! Arrêtons le double jeux… Mais quel homme ou femme politique aura suffisamment de courage pour se positionner fermement face à Daech? Votre analyse en cours m’intéresse…

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour … NKM a demandé l’interdiction du salafisme il y a quelque temps , depuis je ne l’ai plus entendue sur le sujet . Espérons que le débat des primaires de la droite , jeudi 13/10 nous informera une bonne fois pour toute

      J'aime

    2. Bonjour, faites donc un travail simple, lisez les programmes politiques des partis politiques, ne vous laissez pas endoctriner par les discours des uns et des autres…
      Aujourd’hui, vous avez un seul parti politique qui combat l’islam radical, aujourd’hui, vous n’avez qu’un seul parti qui veut rassembler l’ensemble des Français, tous les Français, et peut importe où ils sont nées, peut importe la couleur de leurs peaux, peut importe leurs religions… le fait d’avoir une carte d’identité Française suffit pour être reconnu légitime…

      J'aime

  3. Allez au bout de la démarche , choisissez vite , vous aiderez celui qui est le plus proche de vos positions . N’attendez pas qu’il soit trop tard !!!

    J'aime

  4. En réponse à l' »Identité heureuse » du candidat hors-sol Juppé :

    A la suite d’une discussion sur le mur d’Adrien Wexler sur la Nation, ma toute petite contribution à ce qui est si problématique dans les questions d’identité et de nation.
    Personne ne définit « l’identité » d’une nation. En revanche, on sait ce qu’est « vivre ensemble » dans une culture qui évolue continuellement. C’est ce qui fait une nation. Les français, y compris ceux récemment intégrés dans cette nation, ne sont pas racistes, dans leur immense majorité. Mais ils sont tous heurtés par cette grosse minorité (voir les enquêtes sur les comportements des jeunes vis à vis du fait religieux) de jeunes issus de la culture « arabo-musulmane » qui refusent les codes du vivre-ensemble et s’enferment dans la coupure, dans l’apartheid volontaire. S’il ne s’agissait que d’un moment de leur vie, soit ! Mais cela dégénère dans des actes hostiles, des manières d’affirmer une différence agressive envers les signes de ce vivre-ensemble.
    Ma vision positive est que, plus cette minorité se montre agressive, plus elle met en exergue ceux qui s’intègrent dans cette culture évolutive qui fait la nation française, et les fait tout naturellement accepter sans même y faire attention par toute cette nation.
    Enfin, parler de nation est extrêmement problématique en France parce qu’en fait, la nation au sens sociologique du terme n’existe pas. Elle n’existe qu’au sens politique du terme dans l’Etat-Nation, où l’Etat structure la nation. Comme l’islam quand il est politique et devient « totalitaire », l’Etat a depuis la royauté pris la place d’une nation faite de peuples divers, et qui le sont restés durant toute l’histoire de la constitution de la France.
    Dans son rapport de juin 1794, l’abbé Grégoire mentionnait « qu’au moins six millions de Français, surtout dans les campagnes ignorent la langue nationale […] et qu’un nombre égal est à peu près incapable de soutenir une conversation suivie » et qu’en définitive le nombre de ceux qui la parlent « purement » n’excède pas trois millions (sur 28 millions d’habitants). Soixante-dix ans plus tard une statistique de 1863 comptabilisait encore 7,5 millions de Français ignorant la langue nationale (sur près de 38 millions d’habitants. http://www.axl.cefan.ulaval.ca/francophonie/HIST_FR_s8_Revolution1789.htm#2_Le_guerre_aux_%C2%ABpatois%C2%BB_sous_la_R%C3%A9volution_(1789-1799)__

    Comme l’écrivait Dominique Schnapper dans son livre éponyme, la France est plutôt  » La Commmunauté des citoyens. Sur l’idée moderne de nation ». C’est ce qui fait que nous sommes si sensibles, comme toute communauté, à ce qui nous semble nous mettre en cause… http://philosophie.ac-amiens.fr/352-schnapper-dominique-la-communaute-des-citoyens-sur-l-idee.html

    J'aime

  5. Bravo pour ce courage politique et cette clairvoyance, qui nous éclaire aussi sur le peu de confiance à accorder à M. Juppé sur cette question de la lutte contre le frèrosalafisme, je vous signale la parole de Céline Pina (ex-PS) qui est l’une des rares à tenir un discours ferme et équilibré. Un front commun à constituer ?

    J'aime

  6. Je ne vous connais pas M Elbahi, mais ce que vous avez écrit montre votre courage et votre solide attachement à la république. Puis, je suis bien placé pour savoir si vous avez dit la vérité sur A Jupé ou pas. En effet tout ce que vous relaté est vrai, même si vous n’avez pas dit assez. A Jupé comme N Sarkozy ont toujours leurs liens forts avec les pays du golf et ils n’abandoneront jamais.
    Je pense que F Fillon correspond à vos attentes.
    Courage.

    J'aime

  7. Bravo il écoute sa petite voie intérieure, ce jeune homme est franc et sincère avec lui même.
    Il a comprit qu’en politique il faut de la fermeté du courage de l’énergie,et beaucoup d’écoute.
    Il ne tardera pas à trouver celui qui pourra sauver son pays en lui redonnant la place qu’il mérite sur le plan international .

    J'aime

  8. Bravo! Mais ouvrez les yeux! Les valeurs des « Républicains » sont très loin de celles du gaullisme qui avaient fait le RPR. La souveraineté de notre Pays est celle dans chateau fort dont on aurait abaissé le pont-levis et ouvert bien grand les portes. Le général avait compris la problématique de l’immigration de masse bien avant tout le monde, et il était convaincu de l’importance de la souveraineté que nous avons perdu, tout en étant favorable à l’Europe des Nations. Messieurs Sarkozy, Juppé, Fillon, etc, sont de farouches atlantistes! Si vous abhorrez le FN, il vous reste la voie gaulliste de Debout La France.

    J'aime

  9. Bonjour Amine
    Suite a votre décision de rompre avec Juppé, voila une bonne voie réaliste.
    Les musulmans devraient êtres libres envers cette religion, liberté totale de croire ou non .
    Mes parents m’ont baptisé catholique, à mon insu !! j’ai été cathéchisé , première communion à l’âge de 11 ans , mes parents n’étaient fervents surtout mon père tendance communiste , après la cérémonie, j’avais décidé de plus jamais mettre les pieds dans une église, agnostique, je suis libre de mes pensées, mais j’ai réussi du fait simple, il n’y a pas d’autorité religieuse en France, c’est notre héritage de 1789 .
    Amine, libérez les musulmans qui vivent en France de toutes obligations religieuses et qu’ils soient libres totalement, sereinement, sans être jugés, avoir le respect de leurs choix personnel , notre France doit les protéger de toutes emprises contraignantes, laissons ces politiques dans les pays comme l’Arabie, l’Iran, le Koweït, vivre en France ce devrait être sans peur.
    vous avez un challenge énorme.
    Bonne chance

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s